EX. UTILISATION DE L'UTOPIE

Une utopie est la représentation d'une réalité idéale, sans aucun défaut.

En général, dans les écrits, cela se traduit par une société parfaite, sans injustice, un gouvernement idéal

qui gouvernerait les hommes comme il se doit., cela peut aussi être la représentationou les gens

vivent heureux entre eux et en harmonie. Une utopie peut désigner également une réalité difficilement admissible.

 

 

L'utopie pouvait etre, au temps des philosophes des lumières, utilisée pour critiquer le monde, ou la société.

Par exemple, voici un extrait de "Candide", un conte philosophique de voltaire qui met en scène un jeune homme naïf,

Candide, obligé de voyager dans le monde. Il arrive en Eldorado, pays fabuleux dont parlent les conquistadors,

Voltaire utilise ici la Cette légende pour construire une utopie.

 

"Candide et Cacambo montent en carrosse ; les six moutons volaient, et en moins de quatre heures on arriva au palais du roi, situé à un bout de la capitale. Le portail était de deux cent vingt pieds de haut et de cent de large ; il est impossible d‘exprimer quelle en était la matière. On voit assez quelle supériorité prodigieuse elle devait avoir sur ces cailloux et sur ce sable que nous nommons or et pierreries.

Vingt belles filles de la garde reçurent Candide et Cacambo à la descente du carrosse, les conduisirent aux bains, les vêtirent de robes d’un tissu de duvet de colibri ; après quoi les grands officiers et les grandes officières de la couronne les menèrent à l’appartement de Sa Majesté, au milieu de deux files chacune de mille musiciens, selon l’usage ordinaire. Quand ils approchèrent de la salle du trône, Cacambo demanda à un grand officier comment il fallait s’y prendre pour saluer Sa Majesté ; si on se jetait à genoux ou ventre à terre ; si on mettait les mains sur la tête ou sur le derrière ; si on léchait la poussière de la salle ; en un mot, quelle était la cérémonie. " L’usage, dit le grand officier, est d’embrasser le roi et de le baiser des deux côtés. " Candide et Cacambo sautèrent au cou de Sa Majesté, qui les reçut avec toute la grâce imaginable et qui les pria poliment à souper.

En attendant, on leur fit voir la ville, les édifices publics élevés jusqu’aux nues, les marchés ornés de mille colonnes, les fontaines d’eau pure, les fontaines d’eau rose, celles de liqueurs de canne de sucre, qui coulaient continuellement dans de grandes places, pavées d’une espèce de pierreries qui répandaient une odeur semblable à celle du gérofle et de la cannelle. Candide demanda à voir la cour de justice, le parlement ; on lui dit qu’il n’y en avait point, et qu’on ne plaidait jamais. Il s’informa s’il y avait des prisons, et on lui dit que non. Ce qui le surprit davantage, et qui lui fit le plus de plaisir, ce fut le palais des sciences, dans lequel il vit une galerie de deux mille pas, toute pleine d’instruments de mathématique et de physique."

Voltaire, Candide, 1759.

 

Cette utopie est argumentative, elle use de sous-entendus et d'implicites: en décrivant une réalité parfaite, Voltaire dénonce en fait implicitement le monde dans lequel il vit.

 

Les éléments utopiques:

On retrouve des éléments du merveilleux: ils sont en carosse tiré par des moutons volants, il y a le lexique de conte de fée ("palais", "carosse", "or", "pierreries",..) et le lexique qui renvoie à l'orient ("gérofle, "cannelle", "canne de sucre", "colibri"...), le cadre du conte installe un climat agréable pour le lecteur. Nous avons ensuite la description d'un monde idéal: Il y a des richesses naturelles (la "supériorité prodigieuse" de leurs richesse sur celles du monde de candide, les pierreries odorantes ornant les pavés de la place, les fontaines d'eau de roses et de cannes de sucres, la nourriture abondante,...) Il possède aussi des richesses artistiques et culturelles: le haut et large portail, l'accueil de vingt belles filles, la finesse des vêtements, le nombre important d'officiers officières et de musiciens: il y a des hyperboles. Les marchés "ornés de mille colones" les grandes places, le palais des sciences. L'organisation sociale est elle aussi parfaite aux yeux de Voltaire: le roi est très accessible (on doit "l'embrasser"  pour le saluer), il n'y à pas de pouvoir législatif (absence de répression) ce qui veut dire que la population n'en a pas besoin et peut se gérer d'elle-même.


Le monde utopique, inversé, installe la critique du monde dans lequel vit Voltaire:

On devine que la société, le monde dans lequel vit voltaire sont le contraire de cette utopie, ce qui lui permet de les critiquer implicitement: Le roi de l'Eldorado est très accessible, on ne doit pas "se jeter à genoux" ou "lécher la poussière" pour le saler, mais l'embrasser, sous entendu que le roi de france, qui exerce une monarchie absolue, n'as aucune proximité avec ses sujets et, au contraire, le peuple doit se mettre à genoux, s'inférioriser devant le roi. Avec la gradation de "si on se mettait à genoux" à "lécher la poussière de la salle", Voltaire se moque de la monarchie absolue et critique l'autoritarisme.

Il critique aussi la violence de son monde: en Eldorado, il n'y à pas besoin de prison, de justice répressive ou de punition car le peuple n'en à pas besoin. Cela signifie donc que, dans le monde de Voltaire, cette justice est nécessaire.

En Eldorado, on accorde de l'importance à la musique, aux Arts et eux sciences (Accueil en fanrare, architecture travaillée, palais des sciences...), on devine donc ici l'apologie des Arts et de la science, ce à quoi Voltaire aimerait qu'on accorde plus d'importance.

Le comportement de Candide et Cacambo, qui posent des questions et s'étonnent de tout (comment saluer le roi, quels sont les usages, etc...) montre bien qu'ils sont étrangers à ce monde et que dans le leur, tout en est l'inverse. On suppose qu'ils viennent du meme monde que Voltaire, ce qui rend la critique encore plus présente: tout y est l'inverse de ce qu'ils découvrent.

 

L'utopie est donc un très bon moyen de critique implicite, qui se met en place grâce à l'idéalisation d'un monde merveilleux, ce dont s'est servi Voltaire pour écrire ce passage de Candide.

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×